Bienvenue en Pays Catalan !

Localisation géographique

L'art roman en Roussillon

 
|
Cloître d

L'Art Roman en Roussillon

L’art roman est né presque simultanément dans plusieurs pays d’Europe. Il est le fruit d’une longue évolution entre l’avènement du Préroman au Xème siècle et son déclin au XIIIème siècle, supplanté par la grâce et l’élancement du Gothique .

Il s’est très bien intégré en Roussillon où il a pu s’épanouir grâce aux richesses du pays comme en témoignent les marbres du prieuré de Serrabone ou les œuvres du maître de Cabestany .

L’art roman est principalement un art religieux : cloîtres et églises, retables peints, sculptures de scènes bibliques, vitraux ou enluminures…
Le Roman se caractérise par sa force, sa massivité et sa simplicité : les moines-architectes ont voulu montrer la rigueur et l’austérité de leur foi à travers l’architecture de leurs monastères. Il n'en est pas moins un art d’une grande noblesse et d’une totale plénitude invitant au recueillement.

Les caractéristiques

• Caractéristiques essentielles du Préroman
Arcs outrepassés, arcs et arcades en retrait des piédroits, absides carrés, rectangulaires, ou trapézoides, mur du chevet plat, voutes des absides en arrière de l'aplomb des murs, vaisseaux charpentés.

• Caractéristiques essentielles du Roman
Arcs en plein cintre, voutes en berceau, absides rondes, vaisseaux voutés, décor de sculptures, le second age roman utilise un appareil en grands blocs de pierre.

• Orientation
L'église est tournée généralement vers l'est. Son abside indique la direction du soleil levant. Au-delà de la Méditerranée, par l'aurore, elle positionne géographiquement Jérusalem, bientot but de pèlerinage et de croisades.

En savoir plus sur l'Art Roman

Bibliographie

 

DURLIAT, Marcel (1986). Roussillon roman. Saint-Léger-Vauban : Ed. Zodiaque. 321 p.

DELCOR, Mathias (1970). Les Vierges Romanes de Cerdagne et Conflent dans l'histoire et dans l'art. Barcelone : Dalmau. 120 p.

MALLET, Géraldine (2003). Eglises romanes oubliées du Roussillon. Sète : Nouvelles Presses du Languedoc. 334 p.

MOURRUT, E et FALAIZE, Jean (1932). L’art roman en Roussillon. Perpignan : imp. L.Comet. 172 p.

POISSON, Olivier (2003). Promenades en Roussillon roman. Paris : Ed. Zodiaque. 122 p.

    Quelques mots d'histoire

    Le Moyen-Age dans les Pyrénées-Orientales

    L'art à travers les siècles

    L'art gothique

    L'art moderne

    Sites d'Art Roman dans les Pyrénées Orientales
    • EGLISE ROMANE DE SAINT ANDRE

      En savoir plus

      SAINT-ANDRE

      Bâtie sur un vieux sol Gallo Romain, l'église de Saint-André forme un ensemble monumental, remarquable par ses dimensions et son ancienneté. C'est un des plus curieux spécimen de l'art roman dans nos contrées. Bâtie aux environs de l'an 800, détruite par les invasions successives, elle a été reconstruite et consacrée le 16 Novembre 1121 la douzième année du règne de Louis VI, roi de France et sous le Pontificat du pape Calixe...

      En savoir plus

       

    • SALLE DU TRESOR DE L'EGLISE ST PIERRE DE PRADES

      En savoir plus

      PRADES

      L'église Saint Pierre date du XVII°siècle et abrite un riche mobilier baroque et un immense retable en bois du maître-autel réalisé par Joseph Sunyer. Ce retable développe de manière spectaculaire trois travées de trois registres, peublées de statues et d'anges, avec au centre la figure majestueuse de Saint Pierre. Sur le flanc sud de l'église, le trésor présente l'orfévrerie et les reliquaires de Saint Pierre de Prades et de Saint Michel de Cuixa, qui furent recueillis par Prades au moment de la Révolution Française. On y trouve en particulier les reliques, les restes des corps des nombreux saints qui formaient le prestige de l'abbaye durant tout le Moyen Age.

      En savoir plus

       

    • EGLISE ET TRESOR SAINT PIERRE DE PRADES

      En savoir plus

      PRADES

      L'Eglise Saint-Pierre du XVIIème siècle est le monument essentiel de la ville de Prades. Bâtie sur les bases d'une église romane dont il ne reste aujourd'hui que le clocher de style lombard du XII ème siècle. La nef est flanquée de 14 chapelles. Le retable du maître autel réalisé fin XVII ème par le sculpteur catalan Joseph Sunyer est l'un des plus grands de France. Cette oeuvre est dédiée à Saint-Pierre, premier Pape et Saint-Patron de Prades. Nous devons à Léo Polge les peintures ornant les murs de l'église. A la Révolution Française Prades recueillit le retable Saint-Benoît et le reliquaire de l'abbaye Saint-Michel de Cuxa. Il contient aussi des objets qui proviennent d'autres églises L'église Saint Pierre date du XVII°siècle et abrite un riche mobilier baroque et un immense retable en bois du maître-autel réalisé par Joseph Sunyer. Ce retable développe de manière spectaculaire trois travées de trois registres, meublées de statues et d'anges, avec au centre la figure majestueuse de Saint Pierre. Sur le flanc sud de l'église, le trésor présente l'orfévrerie et les reliquaires de Saint Pierre de Prades et de Saint Michel de Cuixa, qui furent recueillis par Prades au moment de la révolution française. On y trouve en particulier les reliques, les restes des corps des nombreux saints qui formaient le prestige de l'abbaye durant tout le Moyen Age.

      En savoir plus

       

    CG66