Bienvenue en Pays Catalan !

Localisation géographique

L'art moderne dans les Pyrénées-Orientales

 
|
Page d'accueil > Zoom > Culture Patrimoine > L'art à travers les siècles > L'art moderne dans les Pyrénées-Orientales
Collioure Fauvisme

Fauvisme et Cubisme en Terre Catalane, l'art du XXème siècle

Le XXème siècle est le siècle du renouveau et de la libération des arts plastiques.
Les historiens font débuter l’Art Moderne à la fin du XIXème siècle avec l’Impressionnisme. Il se termine dans les années 1960 avec l’Art Contemporain.

L’Art Moderne se caractérise par la multiplication des courants artistiques. Parmi les premiers, on compte le fauvisme et le cubisme, qui ont donné une impulsion aux courants suivants.

Entre les peintres de passage, comme Albert Marquet et Max Jacob, et les artistes locaux : Aristide Maillol, Etienne Terrus, Georges-Daniel de Monfreid, Gustave Violet… les Pyrénées-Orientales ont été une terre d’inspiration pour tout l’art du XXème siècle.

Découvrez l'Art Moderne dans les Pyrénées-Orientales !
Le chemin du Fauvisme à Collioure

Le musée d'Art Moderne à Céret

Le musée Etienne Terrus à Elne

Fauvisme à Collioure

Dès 1887, Collioure accueille Paul Signac, peintre pointilliste. Sur ses conseils, Henri Matisse s’y installe en 1905 à la pension « Chez Rosette » et convainc son ami André Derain de le rejoindre quelques mois plus tard. Ils sont fascinés par la lumière et les couleurs méditerranéennes, la beauté pittoresque du village… Collioure devient un véritable centre artistique.
Nombreux sont les peintres qui, tout au long du XXème siècle et encore aujourd’hui, sont passés à Collioure en quête d’inspiration : Henri Manguin, Edouard Pignon, Willy Mucha, Léonard Foujita…

Mémo sur le Fauvisme (1905-1908)

Appellation née de la plume du critique Louis Vauxcelles, le fauvisme a été un mouvement pictural court mais d’une grande importance pour l’art du XXème siècle.
Présentées dès 1905 au Salon d’Automne de Paris, les œuvres fauves choquèrent par leur audace et leur modernité.
Formes et ombres simplifiées, perspectives aplaties, couleurs pures et posées de façon autonome : la peinture paraît jaillir de la toile! Les fauves se libèrent de la représentation réaliste d’un sujet pour exprimer leurs émotions et leurs sensations.

L'art à travers les siècles

L'art roman

L'art gothique

Cubisme à Céret


Dès 1910, Manolo, Déodat de Séverac et Frank Burty Haviland arrivent à Céret. Un an après, la maison Delcros est louée par Pablo Picasso qui, avec Georges Braque, feront de la ville la « Mecque du cubisme ».
Dans les années 1920, plusieurs artistes séjournent à Céret sur les pas de leurs amis : Auguste Herbin, Max Jacob, les artistes de l’atelier parisien « La Ruche » : Pinchus Krémègne, Chaïm Soutine et André Masson, Marc Chagall…
Plus tard, artistes et intellectuels continueront d’affluer vers le village catalan : Jean Dubuffet, Jean Cocteau, Raoul Dufy…

Mémo sur le Cubisme (1907-1920)

Comme le fauvisme, le cubisme est apparu comme une révolution dans l'art du début du XXème siècle. C'est encore Louis Vauxcelles qui lui donna son nom en parlant des "petits cubes" d'un tableau de Braque, initiateur de ce mouvement avec son ami Picasso.

Influencés par l'oeuvre de Cézanne et l'art primitif africain, le cubisme correspond à une remise en question de la figuration.

Dans la phrase analytique, les cubistes superposent plusieurs points de vue pour représenter un même objet en utilisant des formes géométriques rigoureuses sans souci de perspective. Le cubisme évolue vers la phase synthétique, avec l'apparition de pochoirs et de collages, la réintégration de la figuration et de couleurs plus vives.

CG66